LA SÉCURITÉ, C’EST L’AFFAIRE DE TOUS

Selon 53% des français, la sécurité locale n’est pas suffisamment mise au coeur des débats des municipales. Au Nouvel Élan, nous pensons que la sécurité nous concerne tous. Nous vous invitons le jeudi 13 février à 20H30 à l’Espace Racine, pour échanger sur ce sujet.

RÉUNION PUBLIQUE SUR LA SÉCURITÉ ET LES SECOURS

Le jeudi 13 février à 20H30 à l’espace Racine

Dans une ville qui s’agrandit et qui se construit, comme Saint-Renan, il est nécessaire d’anticiper et d’accompagner les mutations afin de préserver la sécurité des citoyens, en ville et dans les quartiers.

En effet, il faut :

– prévoir l’accès, le stationnement et la circulation quand un bâtiment ou un quartier sort de terre

– organiser des rencontres entre les habitants et avec élus pour régler les problèmes dès leur apparition

– accueillir et accompagner nos jeunes pour permettre à chacun d’entre eux, de s’exprimer et participer à la vie de la ville.

Changeons d’ère : être écouté pour vivre en sécurité

Lors de nos rencontres dans les quartiers, vous êtes très nombreux à évoquer les problèmes de sécurité. C’est un sujet qui revient à chaque rencontre et qui donne lieu à de nombreux échanges.

Voici les types de problèmes que vous évoquez et que vous nous signalez :

1- Des problèmes d’aménagement : éclairage insuffisant, manque de trottoir, trottoir ou chaussée en mauvais état, manque de signalisation verticale pour les places pour les Personnes à Mobilité Réduite, manque de signalisation pour les zones fréquentées par des enfants, manque de visibilité des cyclistes suite à l’aménagement de pistes cyclables, difficulté de circulation en ville ou dans les quartiers….

2- Des problèmes d’usage : des voitures sur les trottoirs, des voitures qui roulent trop vite dans des endroits où il y a des enfants, des accès pompiers occupés par des véhicules…..

3- Des problèmes liés au désoeuvrement des jeunes : zones squattées (ancienne clinique, pont entre le stade et la piscine), voitures dégradées (Place de Bretagne), altercations à la gare routière…

4- Des problèmes liés à une modification de l’environnement : nouveau quartier ou nouvel équipement (ex: accès des cars au parking de la piscine depuis la construction de l’Amphi)

En vivant votre rue, votre quartier, votre ville, vous devenez des experts du territoire car vous le “pratiquez”. Au Nouvel Élan, nous pensons que cette expertise que vous avez développée doit être entendue et valorisée. C’estTOUS ensemble, habitants et élus, que nous pouvons résoudre les problèmes de sécurité. Comment ? Lisez la suite !

Les assemblées de quartier : s’écouter pour vivre en sécurité.

Au Nouvel Élan, nous souhaitons organiser des assemblées de quartier. Ces assemblées, composées d’élus et d’habitants du quartier auraient plusieurs fonctions.

1- Identifier les problèmes d’aménagement pour les faire remonter au conseil municipal. Ainsi, les habitants pourraient faire remonter le manque de signalisation d’un accès pompiers ou d’une place pour Personne à Mobilité Réduite, un manque d’éclairage ou un manque de visibilité.

2- Régler les conflits d’usage. Bien souvent, les conflits d’usage sont dus à une méconnaissance des besoins de l’autre : une personne gare sa voiture sur le trottoir car elle ne se rend pas compte que les parents de jeunes enfants ou l’assistante maternelle se retrouvent en difficulté pour se déplacer. Apprendre à connaître ses voisins et leurs besoins c’est déjà la moitié du problème de résolu. Partager un espace nécessite de la coordination : il est donc nécessaire de se rencontrer et d’échanger de temps en temps. Avec du bons sens, du respect et de la bienveillance, de nombreux conflits d’usage pourraient être résolus. Il appartient donc à la collectivité d’organiser ces temps d’échange.

3- Réfléchir aux projets d’aménagement du quartier. Les aménagements d’un quartier sont destinés à améliorer la vie de habitants. Il paraît donc évident, qu’en cas de projet d’aménagement, les habitants soient informés et consultés. Ce sont les premiers concernés par les modifications.

Un temps serait prévu, au conseil municipal, pour faire le bilan des assemblées de quartier.

Pour une maison de la jeunesse ouverte et vivante !

Au cours du mandat précédent, à l’initiative de Mme Castelain, une maison de la jeunesse, rattachée à un Point Information Jeunesse(PIJ), avait vu le jour. Les jeunes disposaient d’un endroit où se retrouver les mercredis et samedis. Ils étaient accompagnés dans leurs projets.

Depuis plusieurs années déjà, le PIJ a fermé et, les jeunes ne disposent plus de local pour se retrouver hors vacances scolaires.

Dans une commune de notre taille, une maison de la jeunesse est indispensable. Les jeunes doivent pouvoir se retrouver de manière informelle et se réunir pour monter des projets. Ils disposent de beaucoup d’énergie,permettons à cette énergie de s’exprimer de manière positive et valorisons-la.